Les histoires : révélation

Postť le 29/05/2010, par lib
Nous √©tions mari√©s depuis une dizaine d'ann√©es, couple sans histoire (h√©las), que la routine usait insidieusement. J'avais mes fantasmes, et je ne songeais m√™me pas √† proposer √† ma femme de les partager. La seule chose qu'elle acceptait, √©tait de s'habiller tr√®s sexy, micro jupe, talon hauts, chemisier transparent, etc.. etc.. Ma femme, est employ√©e comme secr√©taire dans un √©tablissement qui propose √† la vente de l'accastillage destin√© au navire priv√©. Je connais son patron, qui n'a jamais cach√© que mon √©pouse lui plaisait, allant m√™me jusqu'√† me proposer une soir√©e √©changiste √† 4 avec sa femme. Sachant que ma femme refuserai, je lui avait dit que s'il arrivait √† la d√©vergond√©, de mon c√īt√© j'√©tais d'accord. Donc on oublie .

Plusieurs fois ma femme m'avait dit que son patron la détaillée sans arrêt, qu'il la draguais ouvertement, s'étant même permis des gestes déplacés, mais qu'elle y avait mis le hola.

Jusqu'√† ce vendredi apr√®s - midi, o√Ļ je re√ßu un appel t√©l√©phonique de Jean-Pierre ( le patron de ma femme), qui me d√©clare "" j'ai fait une connerie, excuse moi, ta femme te racontera"". Pour moi cette phrase br√®ve √©tait du charabia. 18h, ma femme arrive, elle est d√©braill√©e, son chemisier est ouvert, et ses gros seins sortent de son chemisier d√©chir√© . Je lui demande ce qu'il s'est pass√©, et elle me raconte, que cet apr√®s midi, elle √©tait seule avec Jean-Pierre au bureau, comme √† son habitude il l'avait compliment√© sur sa tenue, sur son physique, mais que tout √† coups, il l'avait plaqu√© sur le bureau, avait cherch√© √† l'embrasser, devant son refus, il lui avait ouvert le chemisier, arrachant les boutons, lui avait malax√© les seins, remontant sa jupe ( il n'y avait pas grand chose √† remonter), il lui avait arrach√© son string, et retourn√©e √† plat ventre sur le bureau, il l'avait prise de force.
J'aurai du être dans une rage noire, quand à la méthode employée, mais je me surpris à bander, et à lui demander des détails.
Ma femme, vis dans mon regard une lueur lubrique, et contre tout attente, elle me raconta avec force de détail.
Qu'après l'avoir pénétré en levrette, il l'avait obligé à le sucer, et elle avoua l'avoir fait avec un certain plaisir, puis il l'avait à nouveau mise la tête en avant sur le bureau, et après lui avoir malaxer son petit cul, il l'avait sodomisé.
Après ces évènement, il s'était confondu en excuses, lui avait demandé de lui pardonner.... etc, etc..
Persistant, car je bandais de plus en plus, ma femme, reconnu qu'avoir été prise violemment lui avait procurer une jouissance qu'elle n'avait plus connu avec moi depuis longtemps.
Elle me dit que son patron avait du s'en apercevoir, car elle n'avait pas pu se retenir d'exprimer sa jouissance avec quelques cris assez forts.
Après ce récit, je bandais dur, ma femme se mis nue pour aller prendre une douche. J'en profiter pour téléphoner à JeAN Pierre. Celui-ci , me dit je t'en prie pas de scandale. Il fut surpris de ma réponse... Ne t'en fait pas, il n'y aura pas de scandale, elle m'a raconté et j'en bandais . Par contre, j'aimerai bien que tu passes à la maison. Il me dit ok, je serai chez toi dans une heure.
Ma femme sortant de la douche, avait rev√™tu un peignoir en soie, et mis ses mules. Et je lui d√©clarais que ce qui √©tait arriv√© √©tait normal, car avec les tenues qu'elle portait pour tout homme normal aimant le beau sexe, aurait r√©agit de cette fa√ßon... "" c'est √ßa, c'est ma faute, dit plut√īt que √ßa t'a excit√©"". Je confirmais, et j'ajoutais, que comme elle s'√©tait comportait comme une garce au bureau, je voulais qu'elle fasse pareil devant moi.
Encore excitée, elle me dit je vais te faire ce que tu veux. Non, pas à moi, j'ai appelé Jean-Pierre, il viens, et tu vas le recevoir après avoir mis une de tes tenue sexy.
Elle me dit que j'étais fou, mais ses propos manquaient de conviction.
Au bout d'un moment, elle cède en me disant "" tu es sur que c'est ce que tu veux??""
Bien sur. Au même moment Jean-Pierre sonne. Aude s'éclipse. je fais entré Jean-Pierre, qui est très gêné. Je le mets à l'aise en lui disant que j'ai beaucoup aimé ce qui s'est passé. Il se détend, et nous parlons de ma femme, de ses formes, de son cul, enfin une conversation bien salace.
Nous avons un verre en main, quand Aude revient, et alors là, nous restons interdit. Elle porte un déshabillé transparent, des talons très hauts, et rien d'autre.
Jean-Pierre et moi, nous mettons aussit√īt nu. Je vais vers Aude, qui me repousse, et qui s'allonge sur la table de la salle √† manger, les fesses en l'air, et √† deux mais elle les √©cartes. J'encourage Jean Pierre, qui la sodomise √† nouveau, puis je le remplace. Nous passons ainsi une nuit de d√©bauche. Depuis ce jour l√†, il y a eut Jean-Pierre ...., mais aussi quelques autres. Mais ceci est une autre histoire.
Partager : facebook

Les vidéos du jour

Galeries vidéo du jour

Lorem ipsum dolor

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.

Lorem ipsum dolor

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.